Nous avons 676 invités et un membre en ligne

Attention, le contenu de ce site n'est totalement visible que pour les utilisateurs identifiés.

Devenir ASV- Auxiliaire Spécialisé(e) Vétérinaire

Recommander Imprimer

Vous envisagez de faire ce métier, voici quelques pistes de réflexion :

Il y a peu de postes disponibles :

Chaque semaine les cliniques vétérinaires reçoivent des candidatures spontanées pour  un poste d’auxiliaire (voir « Appellations de notre métier »), il y a pléthore de candidat(e)s.

Voyez combien il existe de cabinets ou cliniques vétérinaire dans votre ville, et combien d’auxiliaires y sont employés. (Il y a, en moyenne, 1 auxiliaire pour 1 vétérinaire). Le potentiel d’emploi est faible en comparaison d'autres métiers.

14 300 personnes sont salariées dans les structures vétérinaires (hors les cadres vétérinaires). Pour avoir une idée du nombre d'auxiliaires  il faut retirer de ce total le personnel d’entretien (échelon 1), le personnel d'accueil et de secrétariat (échelon 2) et les divers autres postes (palfrenier, comptabilité, surveillance...). 55% de ces salariés travaillent à temps partiel (plus de la moitié).

La pyramide des âges des emplois dans les cliniques (beaucoup de jeunes de moins de 35 ans, peu de personnel de plus de 55 ans) ne laisse pas prévoir beaucoup de départs à la retraite dans les prochaines années.

Donc soyez conscient(e)s (85 % des auxiliaires vétérinaires sont des femmes) qu'il n'y a pas beaucoup de débouchés et que le salaire proposé n'est pas élevé, dans la mesure où il concerne un niveau de qualification BEP/bac (niveau 4 de la classification générale des niveaux scolaires = fin d'études secondaires).

En France, seulement 4 800 cabinets, cliniques ou hôpitaux vétérinaires emploient  du personnel.

En 2010, il y a sur le territoire 6 415 structures vétérinaires, mais un peu plus du quart n’a pas de salariés (1 653). (Chiffres 2010 DCASPL).

Environ un quart des entreprises emploie un seul salarié (qui peut être un agent d'entretien, un agent d'accueil, un auxiliaire vétérinaire ou un vétérinaire). 41% des cabinets ou cliniques sont des TPE (très petites entreprises) de moins de 5 salariés.

Trouver un emploi en clinique vétérinaire est moins difficile dans les zones de France à forte densité urbaine.

Près du tiers des structures est en Ile-de-France, arrivent ensuite les régions Rhône-Alpes puis PACA. On note également une concentration de cabinets dans l’Ouest (Bretagne, Pays de la Loire) et dans le Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées). Ce qui correspond aux généralités démographiques françaises.

Il y a une proportion plus importante de salariés dans les régions à prédominance rurale (les régions du centre de la France puis celles de l’Ouest), car la pratique de la médecine rurale (itinérante) provoque l'embauche de personnel pour assurer une permanence au cabinet ou à la clinique.

Vous pouvez chercher un contrat d'apprentissage ou de professionnalisation en cabinet ou clinique vétérinaire.

Peu de cliniques proposent des postes en contrat de formation : même si ce sont des contrats aidés, ils ont un coût pour l'employeur. Il doit exister un  besoin de personnel pour créer un contrat.

L'organisation de la formation professionnelle est assurée par APFORM, qui dispose de 12 centres de formation sur le territoire français.

95 % des élèves sont des femmes, à peu près 120 apprentis sont formés par an (les autres élèves du GIPSA sont en contrat de professionnalisation).

Travailler auprès d'un vétérinaire nécessite de multiples compétences : est-ce un métier qui vous conviendra ?

Vous pensez à ce métier car vous aimez les animaux, vivre avec eux, les observer, les toucher, mais l'orientation vers un métier médical vous convient-elle ?
Pour être "soignant", il faut de la rigueur, de l'organisation, des compétences techniques, une capacité d'analyse, de diplomatie et de prise de décision en gérant son stress, celui des propriétaires et celui des animaux (et parfois celui du vétérinaire mais c'est un autre débat...). À titre d'exemple, on ne devient pas infirmière puéricultrice avec pour unique raison le fait qu'on "aime les enfants". 
C'est aussi un métier administratif, il faut être le bras droit du vétérinaire dans la gestion de la clinique et assumer de nombreuses tâches de secrétariat, surtout en exercice "mixte" où les vétérinaires travaillent avec les éleveurs d'animaux de ferme (en "rurale"). Une formation en secrétariat médical est un bon atout sur un CV de candidature en clinique vétérinaire.

Notre métier c'est, à parts égales : aimer soigner, aimer être avec les animaux et les humains, et participer à l'efficacité de l'entreprise.

Le contact avec la clientèle est primordial (et générateur de stress), le travail en" micro-équipe" nécessite une égalité d'humeur et une capacité à prendre du recul pour gérer les tensions inhérentes aux groupes humains. C'est aussi un métier où il n'y a pas ou très peu de perspectives d'évolution.

Le ménage représente, pour certain(e)s d'entre nous, plus des 2/3 du temps de travail.

Un stage de découverte en structure vétérinaire est indispensable pour confirmer votre orientation.

Pour aller plus loin :

La lecture des articles de la colonne de droite de cette page ;) dont la rubrique "Le métier d'ASV en vidéo"

Un vétérinaire, ancien jury au GIPSA, a écrit un livre à recommander : Auxiliaire vétérinaire, du rêve à la réalité.

L'ASV de Charlie (blog d'une collègue) : le billet à propos des salaires des auxiliaires vétérinaire 

Sur ASVinfos Le salaire des auxiliaires vétérinaires

La page Wikipédia fiche ASV

Fiche "auxiliaire vétérinaire" d'ACTALIANS.

Le site Focus (données européennes) Centre d'expertise Européen de l'emploi et de la qualification des auxiliaires vétérinaires.

Article de Michel Jeanney dans La dépêche Vétérinaire démographie des structures vétérinaire Base documentaire de la revue.

Lien vers un dossier réalisé par l'OMPL :  Portrait statistique et prospectif : cabinets vétérinaires : Octobre 2010.

 

Vous devez vous inscrire pour écrire un commentaire