Actualités pour les ASV

Pourquoi je retournerai en congrès :

2013-11-29 AFVAC 2013

Noémie, une collègue ASV diplômée du GIPSA, en activité depuis 8 ans, participait pour la première fois à la journée personnel soignant du congrès annuel de l'AFVAC, le 1er décembre dernier, à Nantes. Elle partage son enthousiasme à l'issue de cette journée.

"Un petit témoignage concernant le dimanche ASV à l'AFVAC.

Certaines d'entre vous y étaient sûrement, c'était mon cas.
J'ai adoré ma journée. Debout de bonne heure un dimanche : faut être fou (un peu, je vous l'accorde ^^) quand on a bossé la veille et qu'on bosse le lendemain. 
C'était donc une journée riche. Riche en informations, les conférences étaient intéressantes et on peut appliquer les infos acquises lors des confs, dès le lendemain. Autrement dit, ce sont des thèmes qui nous concernent au quotidien. Pas du superflu, vraiment du concret.
Ensuite, il y a le coté humain : rencontrer des collègues ASV, des vétos, des délégués labos (dont certains que l'on connait). Bref, tous ces gens sont là pour la même chose que nous : la formation et le partage.
J'ai senti comme un climat un peu élitiste. Pas au sens négatif du terme, genre "on se la pète" (même s'il y en a forcément ^^), mais plutôt au sens que tout le monde est content d'être là et de partager ces moments de connaissance et de rencontre.
J'ai pris cette journée de congrès comme une chance de me former, de voir un autre aspect de mon job : un aspect plus poussé, à visée perfectionniste, et le coté business qui n'est pas désagréable.
Le sponsoring par les labos, le champagne, les petits fours, les ptits cadeaux sympas autour d'une discussion à propos d'un nouveau produit...

Une journée épuisante, tant niveau physique que cérébral, mais vraiment très enrichissante.
J'espère pouvoir participer à nouveau à ce congrès l'an prochain, et pourquoi pas aux autres congrès qui nous concernent.
Et j'espère vous y retrouver."

Ce congrès se déroule en alternance à Paris et en province. Il rassemble les vétérinaires adhérents de l'Association Française des Vétérinaires pour Animaux de Compagnie (AFVAC) et près de 200 auxiliaires vétérinaires lors de la journée "Personnel soighant".
Gratuit pour la première fois cette année  pour les vétérinaires adhérents (environ 2800) il a rassemblé plus de 1300 congressistes et 190 ASV.
Il aura lieu l'année prochaine à Paris, mi-novembre.

Les conférences des journées personnel soignant sont en ligne sur ASVinfos : rubrique "Partenariat AFVAC".

Concours photo de la Dépêche ASV : 100 € de livres à gagner !

La Depeche ASV

La Dépêche ASV (via la La Dépêche vétérinaire) va fêter en juin 2023 son 100ème numéro.
A cette occasion un concours photo est proposé aux auxiliaires vétérinaires en poste. Il faut faire parvenir un cliché avant le 23 juin sur le thème "Le métier de l'auxiliaire", à l'adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (format jpeg d'au moins 1 million d'octets).
Un bon de 100 € pour l'achat de livres sur www.vetbooks.fr récompensera le/la gagnant/e.

Les chiens hypoallergéniques n'existent pas

Portekiz_su_kopegi

 

Une étude de Johnson et coll. a abouti à la conclusion que, contrairement à ce que l'on a prétendu longtemps, certaines races de chien ne sont pas moins allergéniques que d'autres (chiens d'eau portugais par exemple). Une recherche d'allergènes sur des bébés d'un mois a été effectuée dans 173 foyers hébergeant 60 races de chiens. Aucune différence significative n'a été mise en évidence.

Donc, contrairement à ce qu'indiquait jusqu'à présent l'American Kennel Club il n'y a pas de race qui soient hypoallergéniques (onze races étaient considérées comme telles aux USA).

The Week : The myth of hypoallergenic dogs.

L'Essentiel N° 228 p 7

American Journal of Rhinology and Allergy,

Pet allergy



ASVinfos.com sur tous les écrans

ASVinfos en responsive design 1

En 2014, ASVinfos change de look !

ASVinfos est maintenant consultable sur tous les écrans, du plus petit au plus grand. Le "responsive design" permet d'utiliser les appareils nomades -tablettes ou smartphones- et les ordinateurs de bureau comme à l'accoutumée.

nl-170114.1

Des pages plus claires, une navigation plus facile, nous espérons que la nouvelle présentation d'ASVinfos.com vous plaira et facilitera l'accès à l'information. N'hésitez pas à venir et revenir surfer sur le site, il y a plus de 500 articles professionnels à votre disposition !

Formation NAC Paris pour les auxiliaires vétérinaires d'Ile de France

24 janvier 2012

conf_afvac_14-dec-10

Un "brunch" est prévu pour les auxilaires vétérinaires d'Ile de France le dimanche 29 janvier 2012, organisé par l'AFVAC régionale : programme personnel soignant autour des Nouveaux Animaux de Compagnie.

De 9h à 12 h Hôtel Forest Hill Paris-la Villette 28 ter avenue Corentin Cariou - 75019 PARIS tél : 01 44 72 15 30 

Modalités d'apprentissage : 2h d’exposés.

Contrôle d'acquisition des connaissances : Attestation de suivi de formation.
Inscription : Téléchargez le bulletin d'inscription, ICI

AFVAC : Les dimanches des ASV par l'AFVAC deviennent les soirées des ASV

Déclaration obligatoire de détention d'un équidé à partir du 26 juillet 2010

26 juillet 2010

poneys

À partir du 26 juillet 2010 et jusqu'en janvier 2011, tout détenteur d'un ou de plusieurs équidés a pour obligation de se déclarer auprès de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE).

Cette obligation est précisée par le décret du 23 juillet 2010, complété par l’arrêté du 26 juillet 2010.

Le lieu d'hébergement des équidés doit être précisé. Selon l'IFCE  : « Cette démarche a pour but de renforcer la veille sanitaire en France ». Les gardiens ont un délai de 6 mois pour remplir cette obligation. Tous les détenteurs (amateurs ou professionnels) devront donc effectuer cette déclaration, par Internet (www.haras-nationaux.fr) ou par courrier (formulaire à recueillir auprès du SIRE – Système d’information relatif aux équidés), à l’exception des cliniques vétérinaires et des transporteurs.

La notion de détenteur est indépendante de celle de propriétaire. Le détenteur peut l’être à titre permanent ou temporaire. La déclaration n’est pas à renouveler.

En pratique il faut se munir des papiers des chevaux, les numéros SIRE seront nécessaires.Une estimation de la surface allouée aux animaux est aussi demandée.

Les cavaliers se posent beaucoup de question quant à l'utilité d'une telle obligation. Ils estiment que leurs coordonnées sont déjà détenues au travers des formulaires d'identification des chevaux, que cette obligation d'identification n'est pas correctement respectée par tous, et qu'il faudrait d'abord y mettre bon ordre.

Ils pensent que c'est plus un moyen à visée fiscale que sanitaire.

Ils se disent que ça va servir à cibler les gens qui font de la pension "au noir" (c'est à dire non déclarée) sans se soumettre à la réglementation imposée aux professionnels, et/ou à imposer ultérieurement une taxe sur les chevaux. Pour eux les gens sérieux (qui sont déjà client d'un vétérinaire qui peut les prévenir en cas d'épidémie) vont se déclarer, les autres non, et de nombreux gardiens ne seront même pas informés de cette obligation. Leur consolation est d'espérer qu'une taxe servirait au financement de la filière cheval si l'IFCE se charge de la percevoir (et de la conserver).

15 août 2010. Les détenteurs de chevaux doivent se déclarer auprès de l'IFCE www.gds38.asso.fr

12 août 2010. Un délai de 6 mois pour déclarer les lieux de détention www.lafranceagricole.fr

Mikan attend la visite des ASV au congrès de Lille !

Mikan congres des ASV 2016

Les ASV sont à l’honneur chez Mikan pour le congrès des ASV lors de l’AFVAC 2016 ! À l'occasion du Congrès des ASV Lille 2016, Mikan a décidé de mettre en place une tombola pour les auxiliaires vétérinaires présent(e)s au congrès avec la possibilité de gagner un lot de harnais "spécial handicap". Le kit contient 3 harnais conçus spécialement pour les chiens.

Chaque harnais répond à des besoins bien spécifiques :

  • Harnais Help Em Up
  • Harnais Total avant arrière
  • Harnais arrière Walkin Wheels

Venez tenter votre chance de repartir avec ce kit… L'équipe vous attend STAND 51 !

Mikan, fournisseur français en matériel de rééducation et physiothérapie animale, met son expertise et son savoir-faire à la disposition des ASV au travers de différents supports pour leur permettre de s’informer et d’améliorer le conseil pour la prise en charge des animaux en convalescence ou âgés, de la clinique au domicile.

www.mikan-vet.com : Jeux concours, contenu, échanges, invitation expo commerciale…
Venez visiter notre blog : Les ASV sont à l'honneur pour le Congrès de Lille 2016

Page Facebook Mikan 

Vétérinaire équin qualifié : VEQ

18 février 2011

poulain_oct

 

Un nouveau certificat va être créé : celui de vétérinaire équin qualifié (VEQ), proposé par l'AVEF. Le but est de permettre une identification plus facile des vétérinaires équins par le public. Les vétérinaires sont partagés sur son utilité.

 

Les vétérinaires candidats devront déposer un dossier d’inscription qui sera validé par un première commission, leur permettant de se présenter à un examen où ils devront obtenir une note supérieure à la moyenne. Ils devront également présenter un cas clinique devant un jury, suivi d’un entretien ouvert pendant 20 minutes, afin d’obtenir le titre de VEQ (vétérinaire équin qualifié).

Il existe déjà une spécialisation, le DESV Diplôme d’Etudes Spécialisées Vétérinaires en « Élevage et pathologie des équidés», qui se réalise par la VAE ou lors du 3ème cycle des études vétérinaires et rallonge la durée d'étude de 3 ans.Ce diplôme n'est pas reconnu au niveau européen et concerne un très faible nombre de praticiens.

Dans la pratique, tout vétérinaire dont l'activité "équine" dépasse 90 % de son temps de travail est considéré comme vétérinaire équin strict ou vétérinaire équin spécialiste. Les autres vétérinaires pour lesquel la part d'activité "équine" est inférieure à 90% et qui ont investi dans du matériel ou des produits pharmaceutiques permettant d'avoir une activité équine sont considérés comme des vétérinaires équins "mixtes".

Axience lance la recharge unitaire PetsCool

AXIENCE PETSCOOL RECHARGE 2017 vignette

Déjà 2 ans qu’Axience accompagne les vétérinaires et les ASV en comportement avec PetsCool, la gamme de produits d’aromathérapie multi-espèces à base d’huiles essentielles de valériane, de vétiver, de sauge et de basilic. Sa formulation unique contribue à atténuer les réactions au stress de l’ensemble des mammifères et des oiseaux.
Pour adapter la gamme aux différents besoins des propriétaires, le pack de 2 recharges de 40 ml est remplacé à partir du 1er mai par une boîte de 1 recharge de 40 ml. Ces recharges unitaires, économiques pour le propriétaire, permettent 8 semaines de diffusion constante.

PetsCool existe sous forme de sprays de 15 ml et de 200 ml et sous forme de diffuseur avec recharge. Le diffuseur PetsCool s’utilise facilement pour un effet visible en quelques minutes. Il couvre une surface de 60 m² et il émet peu de chaleur pour préserver la qualité des huiles essentielles.

Le lancement de la recharge unitaire PetsCool intervient au début de la période des vacances d’été, pendant laquelle les causes de stress sont multiples. L’occasion de remplir ses étagères de PetsCool !

Pour en savoir plus : www.axience.fr/notre-expertise#comportement

Pour des informations détaillées sur PetsCool : www.petscool.fr

 AXIENCE PETSCOOL RECHARGE DIFFUSEUR 40 ml 2017
Disponible en centrales avec les références suivantes :
 AlcyonCentravetCovétoHippocampe
Kit 1 diffuseur 
+ 1 recharge de 40 ml
8134450 PET026 47607 79755
Boite de 1 recharge
de 40 ml
1820570 PET030 8246 95368
Fiche produit ASVinfos : PetsCool Diffuseur électrique

Logo ANIDEV

Anidev • Tour Essor - 14, rue Scandicci - 93500 Pantin • Tél. : 01 41 83 23 17 - Fax : 01 41 83 23 19
TVA : FR 17 802 544 569 • S.A.S. au capital de 4 000 € • RCS Bobigny B 802 544 569 • APE 4646Z
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

 

Incinéris ouvre deux nouveaux crématoriums pour animaux.

26 octobre 2011

incineris 60

 

Deux nouveaux centres de crémation pour les animaux de compagnie ont été mis en service par Incinéris à Josselin (Morbihan) et Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne).

Destinés à accueillir les animaux de Bretagne et d'une partie des Pays de la Loire ainsi que d'Aquitaine et Midi-Pyrénée, ces deux nouveaux sites permettent de recevoir dans de bonnes condition les propiétaires qui le souhaitent lors des crémations individuelles.

Un salon d'accueil des propriétaires, un jardin du souvenir et un salon d'adieux sont mis, sur rendez-vous, à la disposition des maîtres qui souhaitent accompagner leur animal jusqu'au crématorium et assister à la crémation.

La demande de crémation individuelle atteint 25 %  dans certaines clientèles.

Le site de Castel-Sarrasin traite uniquement les incinérations individuelles. Une réflexion sur l'extension des installations est en cours pour y associer les incinérations collectives ainsi qu'un service d'incinération pour les équidés.

Lors du décès de l'animal la prise en charge s'effectue par l'intermédiaire du vétérinaire traitant, qui facture le service et prend en charge le corps de l'animal. Une convention d'incinération personnalisée est établie (elle est éditée par la plupart des logiciels professionnels vétérinaires). Cette identification permet une excellente traçabilité, par codes barres puis par plaques métalliques numérotées associées aux corps pour les incinérations individuelles. Le propriétaire choisit de récupérer ou non les cendres de son compagnon qui peuvent être expédiées à la clinique vétérinaire ou directement au domicile du maître.

Si les propriétaires souhaitent assiter à l'incinération, il faut le noter TRÈS lisiblement sur la convention accompagnant le corps et contacter Incinéris par téléphone afin de mettre en place les modalités de réalisation.

www.incineris.fr

le 10/01/2011 L'équarissage n'est plus l'unique solution lors de la mort d'un cheval.

Je suis ASV et à mon compte, auto-entrepreneur libéral

Sarah ASV auto entrepreneur

Les auxiliaires vétérinaires doivent travailler sous la supervision d'un vétérinaire car elles ne peuvent exercer de façon autonome. En effet le Code rural précise que "l'exercice illégal de la médecine ou de la chirurgie des animaux est puni de deux ans d'emprisonnement et d'une amende de 30 000 €".

L'Ordre National des Vétérinaires rappelle que "les auxiliaires vétérinaires et les auxiliaires spécialisés vétérinaires ne peuvent exercer leurs activités que «sous le contrôle et la responsabilité d’un vétérinaire praticien», tel que cela est mentionné dans la convention collective nationale des cabinets et cliniques vétérinaires du 5 juillet 1995 *, et que les auxiliaires vétérinaires et les auxiliaires spécialisés vétérinaires ne peuvent exercer leur activité qu’au sein d’un cabinet vétérinaire, d’une clinique vétérinaire ou d’un centre hospitalier vétérinaire."

Malgré ces limites, une alternative au statut de salarié existe depuis 2013, année de création d'"ASV service +" par une collègue de région parisienne, qui a mis en avant le concept d'auxiliaire vétérinaire prestataire et a ouvert la voie à des initiatives similaires. Les vétérinaires commencent à employer des auxiliaires "prestataires de service" qui ont un statut d'auto-entrepreneur ou d'entrepreneur individuel.

ASVinfos a demandé à l'une d'entre elle de répondre à quelques questions.

Bonjour Sarah, tu es ASV, mais tu as un statut peu courant dans notre métier, tu n'es pas salariée, tu es à ton compte : tu es ASV "prestataire de service" et tu travailles pour tes clients qui sont des structures vétérinaires, c'est bien ça ?

Bonjour, effectivement je suis en statut libéral depuis 1 an maintenant !

Après avoir été salariée pendant 5 ans dans différentes structures comme des CHV ou des cliniques de référés, j’ai fait le choix de quitter “mon graal” (CDI 35h) pour me mettre à mon compte. Pour vivre heureux, soyons fous !

Je suis ce qu’on appelle une ASV de "back-side" (ou "back-office", ou "à l'arrière"). De celles qui fuient quand elles voient le mot « accueil »… (« un…Milbéquoi ? »)

Plus sérieusement, j’aime les soins, et les urgences.

C’est donc tout naturellement, que j’ai choisi le statut d’AEL (Auto-Entrepreneur Libéral) pour pouvoir pratiquer au mieux cette passion.

Comme vous le savez, rares sont les structures qui,en dehors des heures d'ouverture des cliniques,emploient vétérinaire et ASV pour assurer la prise en charge des urgences.

Et, quand c’est le cas, cela coûte cher en main d’œuvre et le recrutement de personnel travaillant la nuit, les week-ends et les jours fériés n'est pas simple : les postes sont donc quasi inexistants en dehors des cliniques des ENV ou des CHV>.

Je travaille donc essentiellement dans un service privé d’urgences, les soirs, nuits, week ends et jours fériés (structure qui possède son propre service de soins intensifs).

J’alterne, au sein du service, entre le poste d’ASV et celui de régulateur téléphonique.

Mais comment as-tu eu cette idée ?

Je travaillais en clinique de référés avec une amie vétérinaire, qui elle même travaillait au sein du service d’urgences. C’est elle qui m’a suggéré de postuler pour devenir régulateur téléphonique aux urgences.

J’ai, dans un premier temps, cumulé les 2 emplois, pendant environ 3 mois, en enchaînant les journées en salariat, et les nuits et weekends en indépendant.

Au début, ça ne devait être qu’un complément de salaire… Puis, pour des raisons personnelles, j’ai décidé de quitter mon CDI pour me consacrer aux urgences.

Est-ce légal ?

Oui ! Sinon je ne le ferais pas ! Mais il est vrai que le pas vers l’illégalité peut vite être fait, et c’est pour cela qu’il faut être extrêmement vigilant.

Il est impératif d’être conscient des limites imposées par la loi. Car les conséquences sont de l’ordre du pénal ! (Je vous laisse consulter les fiches de poste, ainsi que le Code rural, ou la définition du poste d’ASV sur le site de l’Ordre national des Vétérinaires.)

Maintenant que je suis "Le Boss", les responsabilités de boss m'incombent.

Il faut être encore plus rigoureux sur les soins que j'effectue, car je pourrais être soupçonnée d'exercice illégal de la médecine vétérinaire. Il me faut veiller à rester dans le cadre de mes fonctions, afin qu'il n'y ait pas de problèmes. 

Coupe de griffes : OK

Pose de KT : PAS OK

Brancher une tubulure : PAS OK

Toilettage (vigile) : OK

Refaire un pansement : PAS OK

Je ne vais pas dresser la liste, car ce témoignage atteindrait vite les 3 tomes, mais c’est pour donner des exemples.

Quels sont les points qui te paraissent important dans ce statut d'auto-entrepreneur ?

S'assurer en responsabilité civile professionnelle

Si vous envisagez de vous inspirer de mon expérience, je vous conseille donc de bien vous protéger, et de souscrire une RCP (assurance Responsabilité Civile Professionnelle) qui vous aidera en cas de litige. Ce n’est pas obligatoire, mais me parait indispensable ! De plus, certains clients vous imposeront d’en avoir une.

Prévoir une couverture des soins en cas de maladie ou d'accident

Il n’y a pas que la RCP qui est conseillée, il faut aussi penser à votre couverture en cas de maladie ou d'accident. Tous les mois, en payant vos charges, vous cotiserez à ce qui est l’équivalent de la CPAM pour les salariés, c’est le RSI (Régime social des Indépendants). Les taux de remboursement du RSI sont identiques à ceux du régime général des salariés. Souscrire à une assurance complémentaire santé (appelée souvent une "mutuelle") assurera le remboursement du reste à charge après remboursement du RSI.  Il est aussi conseillé de souscrire une assurance couvrant une éventuelle invalidité (la perte de l'usage d'une main par exemple).

Penser à des solutions en cas de "perte de revenu"

Il faut aussi prendre en compte qu'en cas de maladie, arrêt de travail, grossesse, ou incapacité de travail, il n'y a plus de revenus pour une personne qui travaille en indépendant. Il faut y penser car vous pouvez souscrire à une assurance "perte de revenus", qui vous assurera, en fonction du niveau de contrat choisi, un minimum de revenu, pour une durée et un montant eux aussi déterminés selon le contrat.

Par exemple, si votre niveau de vie moyen implique que vous dépensiez 1200 € par mois (loyer, assurances, courses, essence….), assurez-vous au moins pour ce montant. Il peut, évidemment être plus élevé, la prime étant proportionnelle au montant des indemnités journalières que vous voulez recevoir.

Obtenir des contrats quand on est à son compte peut être très fluctuant, et si vous ne voulez pas avoir d’ulcère à cause du manque ou de la perte de revenus, ce type d'assurance peut vous assurer une certaine sérénité. Attention, il faut bien lire les petites lignes, car des délais de carence sont souvents appliqués avant de pouvoir toucher ces indemnités.

Bien que je me considère comme jeune, et prête à déplacer des montagnes, les contrats concernant la retraite, l’assurance décès, l'invalidité totale ou partielle font partie des questions que je dois étudier aujourd’hui !

C’est à chacun de choisir son degré de couverture en fonction de ses besoins, ainsi que le montant que vous souhaitez allouer à ces assurances. 

Rappelez-vous : si vous ne travaillez pas (et que vous n’avez souscrit aucune assurance), vous n’aurez pas de revenu ! Bien étudier sa protection santé, revenu, invalidité (totale ou partielle), retraite et décès est donc primordial ! Il ne faut donc surtout pas se jeter dans l’aventure avec précipitation.

Est-ce difficile de gérer son entreprise ?

Début 2016, j’ai donc créé mon statut d’AEL (Auto-Entrepreneur Libéral). Je suis devenue une entreprise !

Pour cela, rien de compliqué. Il suffit de se rendre sur le site « l’auto-entrepreneur.fr » de remplir un formulaire (10 min montre en main), et le tour est joué. (À noter : c'est totalement gratuit, ne pas se laisser abuser par des offres payantes.)

3 jours plus tard, on reçoit son N° de SIRET, et l’aventure commence !

Auto-entrepreneur ? C’est quoi au juste ?

Bien que ce mot soit long et pénible à écrire (pour la suite on emploiera AE), il y a en fait beaucoup d’avantages derrière ce statut.

Tout d’abord, c’est rapide à créer.

Ensuite, je pense que c’est fiscalement avantageux, car le montant des charges est relativement bas (24.8%).

En tant qu’AE, je ne touche pas de salaire, mais je gagne un chiffre d’affaires (CA) qui correspond à une prestation de service, que je facture à mes clients ! Hé oui ! Le vétérinaire pour qui vous allez travailler ne sera plus votre patron, mais votre client ! Vous travaillerez cependant sous son contrôle et sa responsabilité.

Vous lui présenterez votre facture de prestation de services en fin de période : la somme reçue constitue un chiffre d'affaire brut (vous aurez à en retirer les charges et frais avant de savoir quel est votre bénéfice net).

Ce même chiffre d’affaires doit être déclaré mensuellement ou trimestriellement (selon l’option choisie lors de la création du statut). Tout est centralisé sur le site «lautoentrepreneur.fr». C’est là qu’on créé son statut, qu’on déclare son chiffre d'affaire (mensuel ou trimestriel) et c’est via ce site qu’on paye ses cotisations (charges).

Le montant de vos charges est directement prélevé sur votre compte en banque tous les mois (ou par trimestre). Par exemple, pour un chiffre d’affaire de 2000€ : 2000 – 24.8% (forfait des charges du statut AE) = 496€ (charges à payer) Il vous restera donc 2000 - 496 = 1504€ dans votre poche (il faudra ensuite soustraire vos frais d'assurance et vos frais professionnels pour savoir quel est votre bénéfice net !).

Un plafond de chiffre d'affaire à ne pas dépasser 

Mais attention ! L’AE ne doit pas dépasser un chiffre d'affaire de 32 900 € par an (vous suivez avec toutes ces abréviations ?!) et croyez-moi, on y arrive vite… Pour éviter de changer de statut parce que j'aurais trop gagné (oui, c’est possible), j'ai choisi de ne pas travailler pendant certaines périodes, pour lisser mon CA à l’année et ne pas dépasser ce plafond !

Comme nous ne sommes pas assujettis à la TVA, nous ne pouvons rien déduire (frais kilométriques, l’ordinateur portable acheté pour le boulot, les Crocs, les tenues…) RIEN ! Ce que l’on ne nous dit pas, c’est que, certes le statut est facile et rapide à créer, mais qu'ensuite on n'est pas forcément aidé et conseillé, et qu'il ne faut pas avoir peur de se battre avec le RSI, l’URSSAF, les impôts…

Et comme on est son propre patron, et bien il faut tout gérer soi-même !

La comptabilité est assez simple, puisqu’en dehors des charges automatiquement prélevées selon le prorata de votre CA, il n’y a rien à faire. Ce qu’il vous reste constitue votre salaire. Vous pouvez toutefois vous faire aider par un comptable (auquel il faudra verser des honoraires), ou par une Association de Gestion (à laquelle il faudra adhérer) si vous ne comprenez rien à tout cela.

En fin d’année, vous ne payez pas non plus d’impôts sur le revenu (si vous avez opté pour le prélèvement de l’impôt libératoire lors de votre inscription en tant qu’AE), puisque vos impôts sont prélevés en même temps que vos charges (mensuellement ou trimestriellement) selon votre CA.

Le prélèvement libératoire de l’impôt, c’est le prélèvement à la source (qui sera bientôt appliqué pour les salariés).

Comment facturer ?

Dorénavant, vous n’attendrez plus avec impatience votre fiche de paie, car c’est vous qui réaliserez vos propres factures.

Pour cela, il vous faudra évaluer le taux horaire minimum à facturer pour rentrer dans vos frais. Basez-vous sur le salaire de la convention collective, n'oubliez pas d'intégrer votre ancienneté.

Ajoutez à ça vos frais incompressibles mensuels (assurances santé/prévoyance citées ci-dessus, frais de déplacements…) car, rappelez-vous, vous ne pourrez rien déduire avec ce statut d'auto-entrepreneur. Prenez en compte le fait que vous n'aurez pas de congés payés (qui correspondent à 10% du salaire brut d'un salarié).

Éventuellement, pourquoi pas ne pas ajouter un “plus” pour que ce taux horaire soit plus intéressant que si vous étiez en salariat ! Mais attention, il ne faut pas être trop gourmand, car si votre taux horaire est trop élevé, les clients ne voudront pas travailler avec vous...

Tout cela aboutit à un montant brut que vous facturez à l’heure. (Montant duquel il faudra évidemment déduire les 24.8% de charges pour savoir ce qu’il vous restera au final). Pour vous donner un ordre d’idée, demander entre 20 € et 24 €/h HT est correct, cela devrait vous permettre à la fois de rentrer dans vos frais, de trouver des missions assez facilement, et d’avoir un revenu plus intéressant qu’en salariat.

Votre facture devra comporter des mentions légales obligatoires. Pour cela, rendez-vous sur le site du gouvernement, tout y est détaillé : www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F31808

Est-ce difficile de trouver des clients ?

Je suis assez mal placée pour répondre à cette question, car j’ai plutôt beaucoup (vraiment beaucoup) de chance dans ma carrière depuis le début. Je n’ai quasiment jamais été en recherche d’emploi (hormis pour mon premier poste). Mais une fois le “pied dedans”, j’ai toujours été recrutée par des structures toujours plus grosses à chaque fois, sans même avoir sollicité l'entreprise qui venait me chercher. Et lorsque j’ai postulé au Service d’urgence, ma vie ne dépendait pas de ce travail, étant donné que j’étais en poste en CDI ailleurs.

Cette chance me suit en tant qu’auto-entrepreneur !

Comme je l’ai dit, je suis "ASV collaboratrice libérale" pour un service d’urgences privé. Cette activité étant sufisamment lucrative pour moi, je n’ai en réalité pas besoin deproposer mes services ailleurs. Je le fais seulement très ponctuellement, et j’ai le luxe de ne le faire que si j’ai envie de travailler ailleurs !

Ce statut offre une grande liberté d’horaires (pour moi une journée normale de travail dure au minimum 13h, et mes vacations vont jusqu’à 48h en garde les week-ends). Je donne mes disponibilités horaires à mon client en début de mois, c’est moi qui gère mon planning.

Je travaille la nuit, les week-ends et les jours fériés (en fait on ouvre quand les cliniques vétérinaires ferment et on ferme quand vous ré-ouvrez) du coup j’ai toutes mes journées de libres ! J'organise mon temps comme je l’entends !

J’assure en parallèle une activité secondaire de garde d’animaux à domicile.

J'ai donc des clients qui sont des particuliers et je vais chez eux m'occuper de leurs animaux, en assurant si nécessaire des soins de base (nettoyages d’oreilles/yeux, coupes de griffes…). Pour proposer ce service j’ai créé un site et réalisé des flyers et des cartes de visite pour en assurer la promotion. (Je les diffuse dans les cliniques vétérinaires, et je compte aussi sur les réseaux sociaux et le bouche à oreilles).

Je fais des remplacements en clinique

Etre AE me permet de faire des remplacements au pied levé dans des cliniques (congés maladie...) sans paperasse ni contraintes pour l'employeur, car c’est moi qui gère tout ça (mes charges, les contrats de mission...)

Il n’y a qu’à fixer les modalités de la mission (on signe une convention de collaboration) et en fin de période je lui envoie ma facture, qu’il me règle (et moi je paye mes charges et impôts directement sur ce chiffre d’affaire réalisé).

ULTRA SIMPLE ! Plus de soucis de durée légale minimum ou maximum de travail quotidien, de durée de contrats....

Pour le moment, pas de souci pour moi, je suis tout le temps en “contrat”

Mais attention, je pense que c’est une chance, et que c'est exceptionnel... Le service d'urgence reconduit notre collaboration tous les mois.

L’auto-entreprenariat est mon activité unique et principale, et je vis deux fois mieux (salaire et temps libre) que lorsque j’étais titulaire de mon poste en CDI en clinique !

C’est aussi très avantageux pour le vétérinaire employeur ! Il ne subit pas les contraintes de gestion d'un salarié, n'a pas à faire établir contrat , avenants et bulletins de salaire, n’est pas limité dans les heures de travail, peut embaucher autant de fois qu’il veut la même personne sans se soucier de la durée (courte ou longue).... Entre autres choses !

En conclusion ?

Moralité, ce statut offre une grande liberté, mais il faut être rigoureux, et surtout motivé et courageux, pour que ça soit rentable. Je travaille environ 50 à 60h par semaine, en ne vivant que de ça, car je ne suis plus salariée). En journée, mon temps est libre, pour mes loisirs ou me rendre aux visites à domicile, ou sur les dépannages en cliniques.

Je pense que c’est un bon statut pour arrondir les fins de mois quand on est salarié. Ça permet de travailler légalement au-delà de 35h par semaine.

Dans auto-entrepreneur, il y a “entrepreneur”. Je pense que c’est le mot clé du statut. Ne vous lancez pas si vous n’aimez pas le risque, l’incertitude, et le changement. Les baisses soudaines de chiffre d’affaire riqueraient de vous donner des sueurs froides !

Il faut aussi savoir mettre de côté “les gros mois”, en prévention de ces baisses pour les mois les plus creux, pour être en capacité financière de subvenir à ses besoins lorsqu’on touche beaucoup moins.

Ce statut, pour les ASV, n’en est qu’à ses balbutiements mais je pense qu'il pourrait se développer. J’espère qu’il sera accompagné, un jour, de plus de responsabilités. Je fais le voeux que le métier évolue, et tende vers la reconnaissance de spécialisations qui permettraient de travailler de la même manière qu’une infirmière libérale exerce son métier. Mais ça, c’est un autre sujet !

Informations complémentaires d'ASVinfos

Pour avoir avoir de l'aide avant de vous lancer (quelle que soit l'activité envisagée hors salariat), pensez à vous inscrire aux formations à la création d'entreprise que proposent les chambres de commerce et d'industrie, et à prendre contact avec des associations comme "Entreprendre au féminin", "Action Elles", "Femmes entrepreneurs", etc.

Service existant : Adopte une ASV : https://www.facebook.com/adopteuneasv

N'existe plus : ASV Service +

Article ASVinfos : "Exercice professionnel des ASV : rappel de l'Ordre des Vétérinaires"
Article de la Dépêche vétérinaire :  Exercer le métier d'ASV en tant qu'indépendant : quels risques ?
 
* Convention collective nationale des cabinets et cliniques vétérinaires

 

Stage de secourisme canin

24 juillet 2012

chien soins open Office

Oise : un stage de secourisme canin sera proposé par la brigade cynophile de protection civile en automne.
L'objectif de la formation est d'enseigner aux maîtres les réactions à avoir en cas d'urgence avant d'amener leur animal chez un vétérinaire.

 

Le stage d'environ 7 h sera facturé 50 € et permettra de récolter des fonds pour le financement des activités de l'association.

La protection civile du Bas-Rhin avait également mis en place une formation de ce type en février 2012.

ADCP 60 : Renseignements : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Diaporama du dr Dominique Grandjean, brigade des sapeurs pompiers de Paris : "Le secourisme Canin"

21/07/2012 leparisien.fr Des stages de secourisme pour sauver son chien

Ouverture d'un dispensaire pour animaux à Bordeaux.

6 février 2012 -Bordeaux-

FAA

 

Après Paris, Marseille, Toulon et Nice un dispensaire appartenant à la fondation Assistance aux animaux vient d'ouvrir au 3 rue Judaïque à Bordeaux. L'établissement s'adresse aux personnes n'ayant pas les moyens de faire soigner leur animal.

Créé grâce à un leg, c'est le 5ème dispensaire de la fondation Assistance aux animaux. La SPA en gère 12 en France, mais il n'en existait pas à Bordeaux. Une vétérinaire et une ASV accueillent les patients de 9 à 12 h et de 14 à 17 h.  Une pièce d'identité et une attestation sur l'honneur disant que la personne n'a pas les moyens de soigner son animal est simplement demandée, ainsi qu'une participation au frais.

Jeudi 2 février SudOuest.fr "Un dispensaire vétérinaire"

Un cas de rage confirmé à Argenteuil dans le Val d'Oise.

31 octobre 2013 - Argenteuil - Val d'Oise -

Rage chaton Argenteuil oct 2013 copie

 

L’Institut Pasteur a confirmé le 31 octobre 2013 un cas de rage chez un chaton trouvé le 25 octobre 2013, rue Marguerite à ARGENTEUIL. L’animal est décédé le 28 octobre 2013. Il s’agit d’un chaton d’environ 2 mois tricolore : blanc, noir et fauve. Quinze personnes ayant été en contact avec le chaton ont déjà été identifiées. Elles ont été prises en charge et dirigées vers un centre antirabique pour recevoir un traitement préventif.

Une enquête épidémiologique a été engagée afin d’identifier et prendre en charge les personnes qui auraient pu entrer en contact avec ce chaton entre le 8 octobre et le 28 octobre inclus. Cette période correspond à la période pendant laquelle il a pu transmettre la maladie.

Informations complémentaires :
Le Centre national de référence de la Rage à l'Institut Pasteur a rapidement pu déterminer que le virus provenait du Maroc grâce à son analyse génétique.

Le chaton aurait fugué ou aurait été abandonné le 21 octobre à cause de son comportement "nerveux". Au moins trois familles l'ont hébergé ensuite, et lorsqu'il meurt dans une commune voisine d'Argenteuil la personne qui l'a recueilli a le réflexe de contacter un vétérinaire et de décrire les symtômes qui sont très évocateurs de la rage (agressivité, griffures et morsures, dyspnée, parésie). Elle est donc orientée vers l'Institut Pasteur par le praticien. Les membres des deux dernières familles à avoir accueilli le chaton subissent immédiatement un traitement antirabique

L'enquête se poursuivant, il a été précisé que le chaton avait été importé du Maroc par avion, dans un sac transporté à la main. Aucune question n'aurait été posée à l'embarquement, hormis le contrôle du billet de l'animal, et la propriétaire n'a pas fait de déclaration à la Douane à son arrivée en France.
Un vétérinaire aurait vacciné le chaton, à l'exception de la rage, avant son départ,  sans l'identifier ni informer la vacancières des obligations sanitaires internationales pour les voyages des animaux.

Une zone de restricition des déplacements des animaux  de 1 km de rayon a été mise en place par arrêté préfectoral autour de la rue Marguerite à Argenteuil. Les chiens non vaccinés doivent sortir en laisse et les chats non vaccinés ne peuvent être déplacés qu'en cages de transport. Ces mesures sont applicables pendant six mois. Les villes concernées sont Argenteuil et Bezons (Val-d'Oise), et Sartrouville (Yvelines). Dans la rue elle-même une surveillance plus intense est exercée sur les animaux étant rentrés en contac avec le chaton enragé.

Une alerte rage a été lancée en Belgique et en Suisse, un témoin affirmant qu'un citoyen belge et/ou suisse aurait également été en contact avec les animaux au Maroc le 12 octobre 2013 sur la plage d'Aïn Diab, à Casablanca, lieu de leur capture. Un chaton tigré et un chaton blanc auraient pu être récupérés par un touriste belge et/ou suisse. Belgique : Appel à la population : risque de rage après un séjour au Maroc.

Les derniers cas de rage recensés en France sont tous des cas importés en provenance du Maroc : en 2004, 187 personnes ont été traitées préventivement après l'importation d'un chiot, en 2008 trois chiens enragés ont entraîné le traitement préventif de 177 personnes. En 2011, un chiot mourait de la rage en Vendée.

Cas de rage animale dans le Val d’Oise - Recherche des personnes et animaux en contact.

Une zone de vigilance d’un kilomètre sera mise en place, par arrêté préfectoral, sur la commune d’Argenteuil dans le Val d’Oise et ne touche pas le département des Hauts-de-Seine.

Néanmoins, il est recommandé à titre de prévention :

- d’envoyer systématiquement pour diagnostic de la rage tout cas suspect, même si la suspicion parait faible de prime abord
- de considérer comme évocateur de la rage tout changement de comportement d’un animal qui ne peut être rattaché de façon certaine à une pathologie, vu le polymorphisme des symptômes de la rage et leur non spécificité

il est également rappelé :

- que l’euthanasie d’un carnivore domestique qui a mordu dans les deux semaines est interdite
- qu’une attestation du propriétaire de l’animal certifiant que le chien/chat n’a pas mordu dans les deux semaines, qu’il n’a pas été en contact d’animaux suspects et qu’il n’est pas allé à l’étranger dans les six derniers mois sont de bons éléments d’information à recueillir.

Cinq personnes ayant été en contact avec le chaton ont déjà été identifiées. Elles ont été prises en charge et dirigées vers un centre antirabique pour recevoir un traitement préventif.

Les personnes qui auraient été mordues, griffées, égratignées, ou léchées sur une muqueuse (bouche, yeux…) ou sur une peau lésée par ce chaton ou dont l’animal aurait été en contact avec ce chaton, entre le 8 octobre et le 28 octobre 2013 inclus doivent appeler rapidement le 08 11 00 06 95

Numéro local accessible entre 10H00 et 18H00 heures à partir du 1er novembre 2013

De même, toute personne qui aurait des informations à donner au sujet de ce chaton ou de son éventuel propriétaire est invitée à contacter ce numéro.

L'Anses (l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) /anciennement AFSSA, rappelait déjà en 2008 que "L'introduction régulière et illégale de chiens en incubation de rage dans notre pays n'est pas un phénomène nouveau mais progresse, en dépit de nouvelles mesures communautaires pour le contrôle des animaux aux frontières (arrêté du 20 mai 2005 et réglement européen 998/2003). Le Maroc reste la destination pour laquelle le nombre de cas de rage d'importation est le plus élevé.

 

"Les signes cliniques de la maladie peuvent varier considérablement et sont parfois très frustes. 
La rage est transmissible pendant toute la période d'excrétion du virus chez l'animal. 
Sans traitement rapide et approprié chez l'Homme, une infection par le virus de la rage entraîne inéluctablement la mort après, parfois, une longue période d'incubation."

logo ministere agriculture 31 octobre 2013 Ministere de l'Agriculture,
communiqué de presse : Cas de rage animale dans le Val d’Oise - Recherche des personnes et animaux en contact 

 

Pour plus d'informations voir sur le site de l' Anses l'alerte sur la rage (rappel de 2008 mais toujours d'actualité).
ASVinfos > Maladies professionnelles > Êtes-vous vacciné contre la rage et à jour de vos rappels ?

 

 

Exportation de chevaux lourds

6 mars 2010 Normandie

Un étalon percheron part aux haras royaux du Maroc www.ouest-france.fr